couv_Willette_2Cette couverture du recueil de H. Willette n'est pas anodine ! En effet, elle est pour moi la seule preuve de vie d'Andrée Saint-Ys ! Poète et illustratrice du début du XXe, A.S.-Y. a écrit un recueil introuvable : "Au bord des eaux dormantes". Si l'une d'entre vous connaît... dites m'en plus ! En tout cas, elle  a donc illustré la couverture de cet ouvrage de poésie lesbienne (qui est non daté, mais qui doit être des années 20).

Revenons donc à Henriette Willette. Comme le dit si méchamment Jean Desthieux dans "Les Femmes damnées" : "Renée Vivien traduisait Sappho. Les dernières venues traduisent ou pastichent Renée Vivien." C'est un peu vrai, il faut bien le reconnaître !
Mais, que voulez-vous, l'anti-mec primaire, ça me plait toujours :-)) alors, lorsque H. Willette écrit :

"Elle dit : "Que m'importe et Thésée et les hommes,
"Etres vils et pétris de boue ; et bien souvent
"Trompeurs comme le flot, légers comme le vent !
"Arrière ! Loin de moi, troupeau que rien ne nomme."

... j'avoue que je jubile...

A lire en pdf : Willette_Henriette__Les_lys_d_eau